Amazing Carnival in Chamula overwhelms My first day in Chiapas

99413771_272663494108628_7392477334550347776_n

I arrived in San Cristobal de las Casas in late February 2020, exhausted after a night’s journey from the coast. The chilly mountain air was the first surprise of many. To be honest, I knew very little about STEPS, the state of Chiapas or most vitally about the complex indigenous landscape surrounding me. Not that I now pride myself of being an expert on any of these topics – but I do believe STEPS, or rather the insightful people in the organization, gave me an insight into a world that only grows bigger, the more you learn.

I remember being nervous standing there in the rather dreary bus-station of San Cristóbal. The bus largely filled with sleepy European-looking backpackers had just been stopped in a roadblock by masked protesters protesting low salaries and poor working conditions by gently extorting the bus driver and its confused passengers. “Welcome to Chiapas”, I said to myself and dragged myself to the office for the first time –

To my luck, my first day with Steps happened to coincide with the last day of carnival which is celebrated all over México and especially within many indigenous communities. Carnival is celebrated all over the world as a mainly catholic event where devotees splurge on food and festivities before starting the traditional fasting, symbolizing Jesus Christ’s 40 days and nights in the desert, where he refused the constant temptations thrust upon him by Satan himself. When I think of carnival, I think of beautiful scantily dressed women, desires let loose, hierarchy abolished for an evening of intoxication – more or less the counter opposite of the catholic gloominess.

100688668_291972278489964_2799486209250820096_n

In San Juan Chamula, the village where we went that first afternoon, carnival was not a celebration for Jesus Christ – it would be outrageous to think so – but it is a very good key to understanding something fundamental in many indigenous mythologies. During colonial times the only way for indigenous culture and worship to continue was to appropriate the Cristian symbolism which the Spanish brought with them and forced upon the indigenous population. Ironically, resistance proved to survive the best in the very core of oppression. This has created a vibrant hybrid of Christianity and indigenous (in Chiapas mostly Mayan) culture and religion, which my first day at “the office” most certainly introduced me to. A quick footnote is also in place here: religious syncretism has been and can be a harmful element, in the sense that over time the original belief is lost in the new symbols and the struggle itself lost in the cover-up lie, oh well it is not that bad, at least our believes are somehow tolerated – in other words it can be a strategic way of suppressing the will of indigenous/traditional people. An example of this comes from my own home country, Denmark, where Nordic mythology was strategically (and also violently – but that is a whole different story) faded into Christianity, in the process taking over the core religious celebrations.

This syncretism could be seen everywhere in San Juan Chamula that day: prayers at Christian alters in Tzotzil, the green crosses (that you can read more about here), that at first glance seem Christian but have a rich pre-Columbian significance in the region, the ceremonial use of posh, a sugarcane liquor and traditional medicine, (and later in the evening not so ceremonial).  Rocio, who works for STEPS and being chamula is very knowledgeable about her roots, tried to explain some of the many small ceremonies and traditions surrounding us that hazy celebrative afternoon.

San Juan Chamula was once outside of San Cristóbal but the cities sprawling urban growth has tied them together, now residing a 20-minute colectivo-drive through the much less polished outskirts of the city. Arriving, one could feel the thrill of celebration in the air and bustling of the village. Thousands of people were gathering from the invited nearby communities and all dressed in their finest clothes. Chamula people traditionally wear sheep fur cloth; wests accompanied for wide-shaded hats for the men and impressive black shirts for the women – which can cost more than 1000 dollars due to the many hours put into creating them. I remember standing on the top of hill watching down towards the main plaza and seeing what looked like swarms of moving fur, children running in-between and through them. Entertainments was plentiful – dancing, ceremonial running over burning pine, bull-running, drinking and for the bravest (and drunkest) amongst the young men, bull-riding. Rocio told me, that if there were no casualties, it would not be a real carnival, at which I laughed nervously.

 

When I now think back on this messy, colorful (and in the end, not that sober) first day, I realize what I understood, though not much, was the pride of the Chamula people. They were celebrating their strength and faith, their pride of being who they are – which is something they are generally not allowed in a neo-colonial structure where their culture and identity is placed in the bottom of the social (and economic) hierarchy.

 

Which brings me to the purpose of STEPS. Which I will talk more about in part II of this little diary – so hang on, out there.

Que faire à San Cristobal de las Casas?

TOP 10 DES CHOSES A FAIRE

au Centre-ville de San Cristobal 

Vue du Centre de San Cristobal de las casas

Située au cœur du Chiapas, à 2100 mètres d’altitude sur la chaîne montagneuse de la Sierra Madre, San Cristobal de las Casas est la plus ancienne ville coloniale de la région.

Vue San Cristobal de las Casas

Ancienne Capitale du Chiapas au début du XVIème siècle jusqu’à la fin du XIXème, la ville est toujours considérée comme la capitale culturelle de par son histoire indigène et colonial. Peuplée de 120 000 habitants, où se côtoient métis-hispaniques,  indiens et expatriés ; la ville est haute en couleurs ! Depuis son origine, cette cité coloniale est un centre de commerce où l’on rencontre de nombreux indigènes des villages voisins qui y viennent pour étudier et travailler.

Sigue leyendo “Que faire à San Cristobal de las Casas?”

Mon Volontariat à Steps In San Cristobal

Volontariat et Découverte de la Culture Indigène au Chiapas

enfants chiapas contes

Je rêvais de partir au Mexique, plus particulièrement au Chiapas pour m’immerger dans la culture indigène et être au cœur des montagnes. Pour cela, j’étais à la recherche d’une association tournée vers un projet éducatif ou dans la permaculture.

San Cristobal de las Casas est un des fiefs au Chiapas où l’on trouve de nombreuses associations qui collaborent avec ces populations natives. Steps était pourtant l’une des seules à proposer à San Cristobal une réelle immersion dans cette culture indigène et de faire découvrir diverses activités au sein de la ville. Amy, la directrice de l’association, connaissait beaucoup d’endroits très sympathiques et proposait régulièrement d’accompagner.

COMMENT J’AI DECOUVERT STEPS IN SAN CRISTOBAL

J’ai découvert Steps sur le site « Workaway », réseau connu à travers le monde pour mettre en relation des voyageurs avec des « hôtes » – professionnels comme particuliers – qui offrent le gîte et le couvert en échange d’un coup de main.

Workaway Steps In San Cristobal

Sur l’annonce du site, il était mentionné que l’association recherchait une personne calme et multitâches. Quelqu’un capable de donner les cours, qui pouvait aider à réaliser les entretiens auprès des communautés indigènes, retranscrire les légendes traditionnelles, publier les vidéos, aider à construire les bibliothèques, traduire si besoin, être présent au local, aider au marketing ainsi qu’à la recherche de financement. Et surtout quelqu’un qui puisse illustrer les contes !

Contre un travail quotidien de 4 à 5 heures, 4 à 5 jours par semaine, d’une durée de minimum d’un mois, l’association offrait un logement en chambre partagée ainsi qu’un repas par jour. Ce qui peut être une denrée rare à San Cristobal !

IMG_20200311_122908
Vue de la Terrasse de la Maison des Volontaires

Rencontre avec Steps

MON ARRIVÉE DANS L’ASSOCIATION

Les premiers jours, je tentais de trouver ma place. Les relations au sein de l’équipe étaient bonnes et mon intégration s’est faite assez rapidement. Les membres de l’association étaient avenants et décontractés. Tous, originaires du Mexique ou non, parlaient très bien espagnol ce qui n’était pas toujours évident pour moi car même si je comprenais le contexte d’une conversation, j’avais encore beaucoup de mal à formuler mes réponses. Néanmoins, toute l’équipe faisait des efforts sachant que mon niveau était basique, et me parlait parfois en anglais pour me faciliter la tâche.

La culture de l’association reflète assez bien la mentalité mexicaine. C’est-à-dire qu’ils sont assez décontractés, ils prennent leur temps, sont solidaires et ne sont pas dans la rentabilité à tout prix.

L’association agit localement tout en conservant ses valeurs humaines essentielles pour que le projet évolue positivement.

LES MISSIONS QUE J’AI PRÉFÉRÉES

L’une de mes principales missions était la « communication », essentiellement en français, des différentes actions de l’association et plus spécifiquement de l’événementiel. Il s’agit en réalité d’ateliers que l’association propose quotidiennement et qui sont en thème avec la culture indigène. J’ai eu l’occasion d’assister à ces divers ateliers « cuisine » et « contes », et personnellement je les ai trouvés très complets et enrichissants.

Les ateliers « cuisine » permettent de découvrir bien plus que des plats mexicains. Ils apportent des connaissances sur les modes traditionnel et moderne de préparation utilisés dans les communautés indigènes, ainsi que sur l’histoire entourant cette cuisine. On y découvre un art culinaire et tout un mode de vie de ces communautés, toujours avec l’ancrage de ses traditions mayas qui se perpétuent de génération en génération.

Concernant les ateliers « conte », il ne s’agit pas seulement de conter une histoire. Il y a toute une explication générale sur la culture Maya dont la plupart de ces communautés au Chiapas sont issues. Qu’il s’agisse de leurs origines, des cérémonies, de leur mode de vie actuel. Les personnes chargées de l’animation de ces ateliers sont comme des guides et transmettent un vrai bel aperçu de la culture indigène, qui n’est pas facilement accessible aux étrangers.

J’ai collaboré à deux reprises à la traduction, aussi bien en anglais qu’en français, pour l’atelier « cuisine » du midi. J’ai adoré animer, c’est d’ailleurs une des actions que j’ai préférée faire.

 

L’une de mes autres missions était la traduction des contes, et l’illustration du dernier qui est toujours en cours de finalisation.

Les contes ne racontent pas seulement des histoires. Ce sont des accessoires d’apprentissage très puissants où on y transmet un certain savoir (savoir-vivre). Les contes renseignent sur les codes d’une société ou d’une communauté, le mode de vie, on y apprend  les usages et coutumes. L’enseignement y est précieux afin de mieux appréhender et perpétuer une culture. Les contes oraux indigènes que l’association traduit en espagnol, puis dans d’autres langues, sont des exclusivités. Ils aident à la compréhension de cette culture. C’est pour moi un honneur que de les traduire à mon tour en français pour qu’ils soient accessibles à un plus grand nombre.

Ces contes, une fois traduit en espagnol, sont utilisés pour le projet pédagogique auprès des enfants issus de ces communautés dans les zones rurales du Chiapas.

Malheureusement je n’ai pas eu l’occasion de faire l’enseignement compte tenu de la situation liée au coronavirus. En effet, depuis fin mars 2020 les établissements scolaires sont fermés au Mexique. Néanmoins, j’ai eu l’occasion d’assister à un premier entretien avec une autre communauté indigène que celles avec qui l’association est habituée à collaborer.

Amy est toujours accompagnée de Chio. Chio est une intermédiaire précieuse parce qu’elle est indigène, c’est pour cela qu’elle est chargée de la traduction des contes tsotsils en espagnol. Amy emmène régulièrement, et à tour de rôle, les volontaires étrangers pour assister aux entretiens ou aux classes dans ces villages ruraux. J’ai pu avoir un aperçu de la manière dont se crée et démarre un projet. Ce jour-là, je m’improvisais cameraman lors de l’interview. Ce fut très enrichissant, j’étais vraiment contente de me rendre dans un village indigène, loin des sentiers touristiques, et de participer à cette expérience.

89991055_10213032046470829_8766289531176484864_o

Hélas, mon expérience a été quelque peu abrégée à cause du Coronavirus. Et même si les deux dernières semaines de mars ont été particulières, les membres de l’équipe sont restés chaleureux et bienveillants !

Je tiens à remercier chaleureusement Amy et toute l’équipe avec qui j’ai pu collaborer dont les deux volontaires étrangers comme je l’étais (Liam et Anna) !

 

Rencontre avec Steps

“Steps”, une belle association à découvrir à San Cristobal de las Casas, au Chiapas

Pasos mural Steps
Fresque murale Steps au local à San Cristobal de las Casas

Steps, que l’on pourrait traduire en français par « Pas à pas », est une association qui s’intéresse et s’investit dans l’éducation des enfants issus des communautés indigènes, dans les environs du Chiapas. L’association agit localement tout en conservant ses valeurs humaines essentiellement pour que le projet évolue positivement.

In San Cristobal de las Casas
Entrée Steps In San Cristobal de las Casas Entrada Steps In San Cristobal de las Casas Entrance Steps In San Cristobal de las Casas

Amy, la directrice de l’association, est venue une première fois au Chiapas lors d’un voyage et a fait la rencontre de ces communautés indigènes. Originaire de Taiwan, elle s’est dit qu’il y avait des choses à faire au Chiapas, c’est pourquoi elle est revenue s’installer à San Cristobal de las Casas pour y fonder Steps.

Depuis 3 ans le projet initial de Steps est de redonner vie à ces contes et légendes issues de ces communautés indigènes afin de leur permettre d’accéder au droit, à l’éducation, ainsi qu’à la connaissance de ces anciennes histoires enseignées par leurs ancêtres et qui se sont perdues avec le temps, tout comme leurs traditions et coutumes.

 

« Pas à pas », le nom de l’association est judicieusement choisie car la chose n’est pas si aisée…

Rien que le travail de retranscription des contes oraux dans diverses langues indigènes en version espagnole demande beaucoup de temps. Et ceci n’est que  la partie immergée de l’iceberg…

Le projet initial : Retranscrire les contes et légendes indigènes du Chiapas

Le travail d’investigations autour d’un conte ou d’un projet éducatif est gigantesque. Cela peut prendre des mois voire une bonne année pour que le projet se finalise et aboutisse à une classe d’espagnole.

école classe chiapas

Première étape, aller à la rencontre de ces populations isolées, apprendre de leurs cultures et coutumes, traduire et retravailler les contes afin de les rendre accessibles, échanger avec l’école des villages afin de mettre en place un projet éducatif concret qui permet de valoriser ces communautés, se déplacer et donner des cours aux enfants pour qu’ils puissent apprendre la langue officielle du pays…

activités contes école chiapas 2activités contes école chiapas

“Pas à pas”, de nouveaux projets voient le jour

Désormais l’association détient plusieurs projets en cours, dont celui de la mise en place de bibliothèques dans certaines écoles, et essaye également de répondre à d’autres problématiques que font face ces écoles, dont celle de récolter de nouveaux fonds pour financer un projet d’achat de bicyclettes pour faciliter l’accès à l’école des enfants des montagnes.

Collecte livres pour bibliothèque

Il est bon de savoir que les aides de l’Etat Mexicain fonctionnent sous forme de hiérarchie, où les enfants sont en théorie prioritaires. Des aides financières du gouvernement sont donc accordées à certaines associations de San Cristobal de las Casas, qui œuvrent pour ces populations indigènes dans la ville, cependant aux alentours -dans les zones rurales- ce n’est pas le cas, même pour les enfants.

dépôt livres pour bibliothèque

C’est pourquoi Steps est une association non gouvernementale, c’est-à-dire qu’elle ne perçoit aucune aide de l’état. Pour que le projet puisse continuer et s’agrandir, l’association propose des ateliers en thème avec la culture indigène afin de sensibiliser et de récolter des fonds.

Découvrir la culture indigène à San Cristobal de las Casas

Quotidiennement, elle animait deux cours de “cuisine” ainsi que deux ateliers “contes ” auprès des voyageurs qui voulaient apprendre un peu plus de cette culture indigène omniprésente au Chiapas.

Cliquer sur ce lien : Que faire à San Cristobal de las Casas?

En raison des événements actuels liés au coronavirus et pour des raisons de sécurité, l’association a dû fermer provisoirement ses portes à San Cristobal de las Casas et mettre en « stand bye » ces cours d’espagnol qu’elle dispensait auprès des écoliers.

Néanmoins, Steps tente malgré tout de mener à bien sa mission et faire perdurer ses actions ! C’est pourquoi elle a mis en place un planning pour continuer à partager la culture indigène au travers des ateliers contes et des cours deTsotsil, qui est la langue indigène la plus représentée au Chiapas.

Steps Facebook

Ces ateliers sont actuellement présentés en anglais et en espagnol, l’occasion de pratiquer les langues étrangères, nan ?!

En tout cas l’association vous donne rendez-vous du lundi au vendredi à 21h sur Facebook – page : Steps in San Cristobal

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fstepsinsancristobal%2Fposts%2F2909707685789299&width=500

AIDEZ-NOUS A FAIRE VIVRE L’ASSOCIATION DEPUIS VOTRE ECRAN D’ORDINATEUR !

Chaque lundi à 21h « Story Telling » : vidéo sur la culture indigène, ces contes, ces traditions, et bien plus en ESPAGNOL

Chaque mardi à 21h « Story telling » : vidéo sur la culture indigène, ces contes, ces traditions, et bien plus en ANGLAIS

Chaque jeudi à 21h Cours de Tsotsil, l’une des principales langues indigènes au Chiapas, en ESPAGNOL

Chaque vendredi à 21h Cours de Tsotsil, l’une des principales langues indigènes au Chiapas, en ANGLAIS

Aller, on profite de cette quarantaine pour voyager tous ensemble et de soutenir l’association depuis chez soi !

 

Steps’new page

90705450_2909691975790870_8208291709407199232_o

As lots of people noticed already that due to the virus pandemic, we recently close all of our public events including our educational classes in the communities, interviews in the communities, all the cooking workshops, storytime, and even the gate of our little museum.

But this won’t be the end, we will get back to our usual work as soon as the situation gets better; meanwhile, we still hold our belief towards the word “steps” that we will continue move forward and never stop. That’s why we open our Steps’ diary ready to share our story and work on our facebook plans to continue inviting others to join our steps.

All the works we have come from the help of different people. Some of them joined us for a moment, some of them make their own path through us, and some of them keep walking to the future with us. And all of these beautiful things deserve our appreciation, especially in such a dark period.

This is a tough time and is also the best moment for us to release from the stressful daily routine, make a deep breathe, clean the mind, spend some time alone and think about our relationship, world, history, nature, culture, life…and above all, us. After all, we always need to look back the track we left in order to see through the darkness in front of our eyes and make the movement to the future.

89991055_10213032046470829_8766289531176484864_o

The darkness will pass eventually. And before it comes, besides staying healthy, doing the quarantine and following all the rules we have to follow right now, we should think in the bight side, keep our mind positive, hold the hope, and trust the ones who are out there in the front line fighting against the challenge and making the steps for us.

And what we can help out now is to calm ourselves down and find something amusing to do at home:)

So, join our diary and mind-travel in the beautiful Chiapas, Mexico with us.

Thank you,

 

 

 

Huang Chin-Chen, director of Steps